À la recherche de “l’horloge biologique” (ou le temps perdu… par les femmes) #1

#1 Mais d’où vient « l’horloge biologique » ? Carrière des femmes et rappel à l’ordre du genre

NB. Vous pouvez utiliser et diffuser ce texte à des fins non commerciales, sans modification, à condition de citer la source et l’autrice.

On entend souvent parler de « l’horloge biologique » qui égrènerait implacablement les années, menaçant les femmes qui n’ont pas eu (encore) d’enfant de ne jamais pouvoir devenir mère. Ou encore, « l’horloge biologique », dans sa version psychologico-hormonale, serait ce processus par lequel les femmes seraient amenées « tout naturellement » à vouloir des enfants, passé un certain âge – 30 ans par exemple, c’est rond, ça sonne bien.

Mais d’où vient cette idée de « l’horloge biologique » ? D’après Moira Weigel, autrice d’un long article paru en anglais sur le site de The Guardian en mai 2016 (« The foul reign of the biological clock », « Le sinistre règne de l’horloge biologique »1), la notion est récente. Elle serait apparue sous la plume d’un journaliste états-unien en 1978, inquiet de voir que les femmes accédaient maintenant à des postes à responsabilité sur le marché du travail : ces femmes « à carrière » négligeraient une « loi de la nature » fondamentale, celle de la réduction, puis de la disparition, de la fertilité avec l’âge. Moira Weigel décrit un emballement médiatique autour de ce nouveau thème : l’accès des femmes à la contraception médicale, à des emplois plus valorisés et à une carrière plus continue2, entrerait en contradiction avec « l’horloge biologique » féminine. Les articles et ouvrages grands public présentent les femmes cadres ou artistes (actrices etc.) qui ont des enfants comme des figures glamour qui incarnent une féminité moderne – la carrière d’accord, mais tout en ayant des enfants. À travers ces discours, la maternité et plus généralement un rôle féminin « traditionnel » (être mère, s’occuper de son foyer, de ses enfants et de son mari) apparaissent comme l’aboutissement d’une vie de femme réussie.

Moira Weigel décortique les présupposés des affirmations sur « l’horloge biologique ». D’une part, le thème de « l’horloge biologique » est mobilisé pour parler des femmes : leurs aspirations (ou ce qu’elles devraient être), leur carrière (ou ce qu’elle ne devrait pas être), alors qu’il est question de reproduction dans un cadre hétérosexuel : les hommes auraient-ils subitement disparu ? « À un moment de bouleversement économique et social », écrit Moira Weigel, « les manières de parler de l’horloge biologique ont renforcé de vieilles idées sur la différence des sexes. Elles l’ont en fait exagérée, en présentant les hommes et les femmes comme encore plus différents que ce que les conservateurs des années 1950 avaient imaginé. De plus en plus de femmes pénétraient le domaine jusqu’ici masculin de l’emploi salarié bien rémunéré. Toutefois, les conversations sur l’horloge biologique sous-entendaient que la reproduction était une question exclusivement féminine ». Alors même que les données médicales disponibles montrent que l’infertilité est aussi souvent due à des facteurs féminins qu’à des facteurs masculins, « tout ce qui tourne mal est forcément la faute de la femme », résume avec ironie Moira Weigel.

D’autre part, il n’est pas établi scientifiquement que la fertilité est menacée par l’âge des femmes, continue l’autrice. Si la quantité et la « qualité » des ovocytes diminue avec l’âge, le déclin des chances de grossesse est lui par contre peu ou mal documenté. Les données concernant la baisse voire la disparition de la fertilité sont le plus souvent basées sur des femmes… qui rencontrent des problèmes de fertilité. Impossible donc de savoir ce qui relève de l’âge des femmes, et ce qui relève d’autres facteurs notamment de pathologies.

Enfin, Moira Weigel met en avant le juteux marché de la procréation médicalement assistée aux États-Unis : fécondation in vitro et plus récemment congélation des ovocytes sont autant de technologies qui peuvent apporter un bienfait réel pour nombre de femmes et de couples, mais qui sont aussi des services marchands. Les discours alarmistes sur le déclin de la fertilité avec l’âge font alors bon ménage avec la vente de prestations coûteuses, qui là encore ciblent avant tout les femmes. La promotion de la congélation ovocytaire reprend le vocabulaire de l’assurance voire de l’investissement en bourse, le tout enrobé d’une rhétorique égalitaire : la congélation des ovocytes et le report de la maternité qu’elle permettrait (en théorie, puisqu’en pratique la procréation médicalement assistée aboutit à un taux de naissances relativement faible) serait la garantie d’une carrière professionnelle réussie pour les femmes… Sans bien sûr changer quoi que ce soit à l’organisation du travail salarié ni à l’implication des hommes dans le travail ménager et parental.

Pour Moira Weigel, « nous sommes éduqué.es à considérer les corps féminins comme des bombes à retardement ». Cette métaphore de l’horloge biologique contribue à assigner aux femmes un rôle de « mère-avant-tout », en remettant en cause leur engagement dans le travail rémunéré. Elle réaffirme une idée commune, mais fausse biologiquement, que la reproduction dépend essentiellement voire exclusivement du corps féminin.

Dans le prochain billet, je vous parlerai de l’apparition du thème de « l’horloge biologique » dans la presse française.

* * *

Cette recherche est en cours ! N’hésitez pas à partager en commentaires vos impressions, questions, remarques, expériences personnelles

Les commentaires sont modérés : les propos déplacés ou oppressifs ne seront pas publiés.

  1. https://www.theguardian.com/society/2016/may/10/foul-reign-of-the-biological-clock, consulté le 14/10/2019. []
  2. Les femmes « ont toujours travaillé », pour reprendre le titre du livre de l’historienne Sylvie Schweitzer : comme domestiques, ouvrières, couturières, institutrices, lavandières, infirmières etc. Sans oublier le travail non rémunéré et peu (ou pas) comptabilisé dans les statistiques officielles : travaux agricoles, couture pour les membres de la famille, ménage, soins aux enfants etc. A partir des années 1960, on observe en France comme dans d’autres pays industrialisés une modification de la trajectoire d’emploi des femmes : celle-ci est plus souvent continue, alors qu’auparavant les femmes cessaient temporairement leur activité rémunérée lors de leur mariage ou de la naissance de leur premier enfant. Vous pouvez lire à ce sujet l’Histoire du travail des Femmes (en France), par Françoise Battagliola (éditions La Découverte, collection Repères, 2008), et Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux XIXe et XXe siècles, par Sylvie Schweitzer (éditions Odile Jacob, 2002). []

1 réflexion sur « À la recherche de “l’horloge biologique” (ou le temps perdu… par les femmes) #1 »

  1. Ping : À la recherche de “l’horloge biologique” (ou le temps perdu… par les femmes) #2 | Carnet d’Elsa Boulet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.