À la recherche de “l’horloge biologique” (ou le temps perdu… par les femmes) #2

#2 Mais d’où vient « l’horloge biologique » ? Un thème introuvable dans la presse française jusqu’à la fin des années 1990

// ARTICLE EN COURS DE MODIFICATION //

NB. Vous pouvez utiliser et diffuser ce texte à des fins non commerciales, sans modification, à condition de citer la source et l’autrice.

M. Weigel a montré que le thème de « l’horloge biologique » appliquée à la fertilité féminine était apparue dans la presse étatsunienne à la fin des années 1970, dans un discours de mise en garde contre l’accès des femmes à des emplois mieux rémunérés et à des carrières plus continues (voir le billet précédent). J’ai cherché à savoir ce qu’il en était en France.

J’ai mené une recherche dans la base Europresse, qui regroupe les archives de journaux français et internationaux. J’ai extrait les articles qui comportaient l’expression « horloge biologique » parus dans la presse nationale (voir la note de bas de page1 si la méthodologie plus précise vous intéresse). Je vous présente dans ce billet et dans le suivant quelques résultats.

Première surprise : à la différence des États-Unis, « l’horloge biologique » n’apparaît pas dans la presse française dans les années 1970-1980 pour parler de la fertilité des femmes.

La mention de « l’horloge biologique » renvoie alors à des phénomènes qui n’ont rien à voir avec la fertilité : l’alternance de la veille et du sommeil (le rythme circadien), le vieillissement (altération ou « mort programmée » des cellules), le développement de cancers, les effets du décalage horaire ou du travail de nuit, les désagréments du passage à l’heure d’hiver etc.

Une mention de « l’horloge biologique » en lien avec la fertilité apparaît en 1978, mais le terme n’a pas encore le sens qu’il a aujourd’hui : il est mobilisé par l’auteur pour désigner métaphoriquement « l’heure de la puberté [et] de la ménopause », dans un article portant sur le vieillissement. Dans cet article, « l’horloge biologique » délimite le début et la fin de l’ovulation, donc de la fertilité, elle ne désigne pas une variation (une diminution) de la fertilité entre ces deux bornes (« Les jeux de l’erreur et du hasard », Dr J.-F. Lacronique, Le Monde, 17 mai 1978).

Une deuxième mention de « l’horloge biologique » apparaît en 1980, mais là encore sa signification n’est pas celle qu’elle a acquise par la suite. L’auteur traite de la prise en compte du temps dans les sciences du vivant et des processus par lesquels les organismes suivent un rythme (variations quotidiennes, variations saisonnières). De manière intéressante, le cycle ovulatoire est présenté par l’auteur comme un « modèle[.] d’horloge biologique » qui permettra d’analyser les variations quotidiennes du corps (ici les variations quotidiennes des taux hormonaux).

« Bien que sa complexité soit extrême, le mécanisme qui régit l’apparition de la puberté chez la femme, puis le cycle régulier des menstruations, constituera probablement l’un des premiers modèles d’horloge biologique totalement élucidé dans l’espèce humaine.

De récents travaux ont permis, en effet, de découvrir que la sécrétion des hormones féminines connaît non seulement une périodicité mensuelle, mais journalière. C’est non de façon continue, mais par flux réguliers survenant toutes les quatre-vingt-dix minutes environ que se produisent ces sécrétions, et le mécanisme central, l’horloge qui en commande le rythme, se trouve dans une région précise du cerveau qui a pu être identifiée. »

(« Hormones féminines et horloges biologiques », Dr Escoffier-Lambiotte, Le Monde, 21 mai 1980)


Deuxième surprise : Dans les (rares) mentions de « l’horloge biologique » à partir du milieu des années 1990, l’emploi des femmes apparaît peu.

La première fois que « l’horloge biologique » est mentionnée dans le sens d’une « pulsion » de procréation qui surgirait chez les femmes avec leur avancée en âge, c’est en passant et parmi d’autres enjeux de la vie des femmes. Elle apparaît dans un article traitant de la littérature dite sentimentale, très majoritairement lue par des femmes de milieux populaires. L’autrice revient sur la transformation de ce genre littéraire en mettant en avant l’évolution des thèmes abordés dans les romans.

“De plus en plus de séries se situent dans le quotidien, dans les années 90, et traitent de problèmes contemporains : les difficultés de tous ordres rencontrées par les femmes qui veulent à la fois préserver leur vie de famille et s’investir professionnellement, les problèmes de garde des enfants après une séparation, l’envie et le besoin d’enfant quand l’horloge biologique tourne, la solitude bien sûr, la peur de l’amour pour celles et ceux qui ont été blessés une première fois et restent traumatisés, et tout ce qui concerne la sexualité.”

(« La littérature du cœur dans tous ses états d’âme », Martine Silber, Le Monde, 24 juin 1995)

On voit ici que « l’horloge biologique » ne désigne pas la diminution de la fertilité, mais « l’envie et le besoin d’enfant », donc une sorte de pulsion psychique qui pousserait les femmes à vouloir des enfants à partir d’un certain âge, non précisé. Elle n’est pas mise en regard de l’emploi des femmes: la tension qui est évoquée est celle entre emploi et vie de famille, une fois (et non avant) que les enfants sont nés. Il n’est donc pas question d’un « retard » de l’entrée en maternité.

L’année suivante, en 1996, une critique de film mobilise « l’horloge biologique » dans un sens encore différent : celui du « vieillissement social » différencié des hommes et des femmes, les premiers préférant se remettre en couple avec des femmes plus jeunes qu’eux et que leur ex-conjointes. L’autrice ne mentionne pas la parentalité.

“Un domaine subsiste pourtant où les femmes se sentent encore impuissantes : celui qu’on appelle pudiquement ici [aux États Unis] “l’horloge biologique”, qui fait que des hommes mûrs continuent de quitter leur femme pour recommencer leur vie avec une compagne plus jeune, alors que la réciproque est plus rare. »

(« Les Américaines plébiscitent la comédie “The First Wives Club”, un succès en forme de vengeance sur les hommes », Sylvie Kauffman, Le Monde, 17 octobre 1996)

Jusqu’à la fin des années 1990, « l’horloge biologique » n’a donc pas encore de signification stabilisée dans la presse française, et elle n’est pas, à la différence des États-Unis, mobilisée en opposition avec l’emploi et la carrière des femmes.

Troisième surprise : Le thème de « l’horloge biologique » prend de l’ampleur et acquiert le sens d’une diminution inexorable de la fertilité féminine à partir des années 2000 dans des discours portant non sur la maternité en général, mais sur le recours à la procréation médicalement assistée.

Ça sera le sujet du prochain billet. Je poursuivrai cette rapide revue de presse en m’intéressant au déploiement du thème de l’horloge biologique en lien avec la PMA.

* * *

Cette recherche est en cours ! N’hésitez pas à partager en commentaires vos impressions, questions, remarques, expériences personnelles

Les commentaires sont modérés : les propos déplacés ou oppressifs ne seront pas publiés.

  1. J’ai cherché dans la base Europresse tous les articles et brèves comportant l’expression exacte « horloge biologique », dans la presse nationale, à savoir : L’AGEFI Quotidien, Aujourd’hui en France, La Correspondance économique, La Croix, Les Echos, Les Echos-Avis financiers, Le Figaro, L’Humanité, Libération, Le Monde et La Tribune (cette liste est prévue par défaut dans Europresse). Recherche réalisée le 09/10/2019. []

2 réflexions sur « À la recherche de “l’horloge biologique” (ou le temps perdu… par les femmes) #2 »

  1. Bonjour Elsa ! J’ai lu tes deux premiers articles avec intérêt. Ta recherche dans la presse me paraît très intéressante, par contre je me demande s’il n’y a pas un biais méthodologique : il y a très peu de journaux dont les collections des années 1970 sont numérisées sur Europresse (ce qui m’arrangerait tellement dans ma recherche !) As-tu vérifié les états de collection pour les revues que tu as choisies ?

    • Bonjour ! Merci beaucoup pour ta remarque ! En effet, seul le journal Le Monde est entièrement numérisé, depuis 1944. D’où le fait que les citations présentées dans le billet sont issues d’articles du Monde. Je vais modifier le billet pour préciser les dates à partir desquelles les sources sont disponibles.
      Le constat d’une signification de “l’horloge biologique” qui évolue reste quand même valable, à l’échelle de ce qu’on peut lire dans un journal quotidien largement diffusé. Pour ce qui est du billet suivant sur le lien entre discours sur l’horloge biologique et PMA, le problème de l’état des fonds se pose beaucoup moins, car les journaux sont numérisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.