Colloque. Travail et maternité dans l’aire méditerranéenne [compte-rendu]

Organisé par l’association Déméter-Coré, du 15 au 17 janvier 2015, Aix-en-Provence et Marseille.

Ce compte-rendu est une restitution partielle: je présente quelques communications qui ont particulièrement retenu mon attention de sociologue au cours de ces trois journées passionnantes et chaleureuses.

Ce colloque est consacré aux mères en emploi, aux travailleuses mères ; il pose la question du rapport entre le rôle et les responsabilités maternelles (soins aux enfants, éducation) et le monde du travail (rémunéré) : injonction à occuper un emploi et à gagner de l’argent, inadaptation de l’organisation professionnelle aux contraintes parentales, exclusion ou éloignement des mères du marché du travail, professionnalisation et salarisation du « maternage ».

L’impossible (ré)conciliation maternité/travail ?

K. Mellakh présente les résultats d’une enquête quantitatives auprès d’ouvrières du textile à Casablanca, Maroc. Le secteur du textile qui représente 35 % des exportations marocaines, emploie une main d’œuvre composée à 75 % de femmes. Dans l’enquête réalisée par K. Mellakh, une majorité des ouvrières ont été embauchées « à la porte » de l’usine, c’est-à-dire sans passer par des agences chargées de faire le lien entre les demandeuses d’emploi et les employeurs. La négociation directe du contrat de travail entre les ouvrières et les employeurs laisse plus de latitude à ces derniers pour réduire la durée des contrats et les salaires. De manière générale, les conditions de travail sont très dures et le droit du travail peu respecté : 32 % des ouvrières interrogées se déclarent victimes de harcèlement sexuel, 50 % des ouvrières n’ont pas pu bénéficier d’un congé maternité complet. Alors que la moitié des ouvrières sont aussi mères, les mesures spécifiques visant les femmes enceintes et les mères ne sont pas respectées : beaucoup d’ouvrières ne bénéficient pas d’une réduction de temps de travail pour allaiter, nombre d’entre elles ont vu leurs condition de travail se dégrader après leur retour de congé maternité. Malgré des interruptions et des changements d’emploi fréquents, 63 % des ouvrières reprennent le même poste après leur accouchement. Les ressources permettant de mener de front travail salarié et maternité sont diverses : la ressource majeure est l’entraide familiale (les enfants sont gardés par leur grand-mère, leur tante etc.) ; 9 % des ouvrières ont recours à un mode de garde payant (crèche ou nourrice), tandis que dans 8 % des cas c’est le conjoint qui garde les enfants pendant que la mère travaille à l’usine. K. Mellakh souligne que le rapport des ouvrières à leur emploi n’est pas univoque : elles dénoncent des conditions de travail dures et un emploi précaire, en opposition auquel elles valorisent l’image de la mère au foyer, mais elles se disent également attachées à leur emploi et aux ressources financières qu’il procure.

Le contexte marocain est marquée par une sacralisation de la figure de la mère au foyer, explique H. L. Haafdane. L’idée que le maternage doit passer avant le travail rémunéré et la carrière pour les femmes est prégnante dans les catégories les plus éduquées, en l’occurrence parmi les professeures d’université. H. L. Haafdane a réalisé une enquête auprès de femmes professeures et chercheuses en sciences de la nature. Il apparaît nettement que la division du travail parental est très inégale, au détriment des femmes qui produisent très peu de recherche lorsque leurs enfants sont petits. Les tâches ménagères sont quant à elles effectuées par une employée.

L’emploi d’une domestique vivant au domicile des employeurs est très répandu parmi les couples aisés au Liban. A. Chacour note que le Liban est le seul pays de l’aire méditerranéenne où l’assignation des femmes au domestique et au maternage n’a pas été remise en cause par des mouvements sociaux, malgré une augmentation importante du taux d’activité des femmes. Elle explique également que le droit de la famille n’est pas unifié mais dépend de la confession religieuse (il y a un droit musulman, un droit chrétien etc.) ; le droit civil interdit aux femmes de transmettre la nationalité libanaise à leurs enfants, seul le père peut transmettre la nationalité. A travers des entretiens réalisés avec des femmes employeuses de domestiques, A. Chacour expose la manière dont l’emploi d’une domestique (qui garde les enfants) « externalise » la tension au sein du couple au sujet du travail domestique et parental. Elle souligne également que les conditions de travail des employées sont très dures, et que la seule reconnaissance et valorisation dont elles bénéficient viennent des enfants qu’elles gardent. Cette situation peut aboutir à une sorte de concurrence entre la mère et la domestique pour l’affection des enfants, les mères interrogées mettent en place des « stratégies » pour limiter l’attachement de l’enfant à la domestique.

J. Landour présente un phénomène récent, celui de « mompreneurs », en posant la question de savoir s’il s’agit d’une solution au problème de la « conciliation ». Les mompreneurs sont des femmes, anciennement salariées, qui créent une activité économique (sous le statut d’auto-entrepreneur généralement) après l’arrivée de leurs enfants. Ce sont des femmes issues des classes moyennes et supérieurs, souvent mariées avec des hommes cadres, et qui ont souvent occupé elles aussi des postes de cadre. J. Landour explique que l’activité économique de ces « mompreneurs » ne remet pas en cause leur assignation au maternage et à l’éducation des enfants : non seulement leur activité est généralement exercée au domicile, mais elles se voient aussi renvoyées par leur conjoint à leur rôle de ménagère du fait que leur activité est peu lucrative. La dépendance de ces femmes aux revenus de leur conjoint devient patente en cas de séparation.

En amont de l’arrivée des enfants, deux communications traitent du « travail reproductif » et de sa difficile articulation avec le travail rémunéré. I. L. Hertzog montre comment l’engagement dans un parcours d’aide médicale à la procréation (AMP) constitue un véritable « parcours de la combattante » pour les femmes salariées. Celles-ci sont en effet soumises à l’injonction et à l’obligation de ponctualité et de performance ; alors même que le parcours d’AMP exige d’elles une grande disponibilité temporelle et mentale. Les absences ou retards fréquents, du fait du traitement médical, provoquent une stigmatisation de la salariée par son employeur et un sentiment de culpabilité chez la travailleuse. Cette tension entre travail reproductif et travail productif a des conséquences inégales selon la classe sociale, les femmes les moins qualifiées et occupant les emplois les plus précaires quittent plus souvent leur emploi, volontairement ou non.

Figure de la « bonne mère », normes parentales et rapports de pouvoir

Dans une communication portant sur les infirmières au Portugal au XXè siècle, H. da Silva explique que pendant la dictature de Salazar, les mesures visant les femmes enceintes et les mères en emploi (congé maternité, allocations) étaient conditionnées à la « moralité » et au « mérite » des travailleuses. Dans un contexte de forte réaffirmation de la division des rôles sexués et de la place de la famille comme pilier de l’ordre social, il était même interdit aux infirmières de se marier, pour éviter que celles-ci ne passent du temps avec leur époux et leurs enfants. Cette interdiction était cependant bravée par des femmes qui dissimulaient leur vie de famille face à leur employeur et leurs collègues.

A. Tonarelli propose une typologie des femmes au foyer dans l’Italie contemporaine, où le taux d’activité des femmes est bas relativement aux autres états européens. Les femmes au foyer « apaisées » sont issues d’un milieu favorisé, leur propre mère était femme au foyer, et elles accordent beaucoup d’importance à la réussite professionnelle de leur conjoint et à la réussite scolaire de leurs enfants. Les femmes au foyer « adaptées » n’ont pas forcément choisi de quitter leur emploi, leur conjoint ne participe pas au travail domestique et elles se sentent accablées par la gestion du foyer ; cependant reprendre un emploi leur semble incompatible avec la vie de famille. Les femmes au foyer « par nécessité » sont des chômeuses qui ont renoncé à chercher un emploi ; tandis que les femmes au foyer « temporaires » valorisent leur rôle de mère de famille à temps plein mais le considèrent comme temporaire et accordent une grande importance au travail rémunéré. Cette communication, appuyée sur une enquête quantitative, présente le grand intérêt de « décortiquer » cette situation de la femme au foyer en analysant les variations parmi ces femmes.

En France, E. de Dreuille-Junker et Juliette Rocache, psychologues, ont mené des entretiens avec des femmes qui ont quitté leur emploi pour élever leurs enfants. Elles notent une forte dépréciation d’elles-mêmes par ces femmes au foyer, qui doutent de leurs compétences même si elles ont connu une réussite professionnelle avant la maternité. Les femmes interrogées se voient également comme « fainéantes » et « vivant aux crochets » des autres, elles ne considèrent pas leur rôle de mères de famille comme une contribution « suffisante » à la société. Le travail domestique n’est pas valorisé comme un « vrai » travail ni comme un travail qui suppose des connaissances et des savoir-faire. Ces femmes sont prises entre d’une part la norme de travail salarié qui vaut aussi pour les femmes, et la norme de disponibilité pour la famille qui vaut avant tout pour les femmes.

S. Odéna se penche sur les modes de garde des jeunes enfants et la manière dont la division des rôles sexués et l’inégalité entre femmes et hommes est reconduite. Elle note des différences selon les groupes sociaux : dans les couples populaires, le maintien dans l’emploi de la femme est insidieusement soumis à l’accord de son conjoint et c’est à elle de trouver les modes de garde, très tôt pendant la grossesse ; dans les couples plus favorisés, les femmes occupent plus souvent un emploi à mi-temps mais les arrangements familiaux sont mis au service de la carrière du conjoint. Avec le temps, lorsque le conjoint a obtenu des promotions, des augmentations, il devient de plus en plus difficile de remettre en cause l’attribution de la charge parentale à la mère car les inégalités de revenus et de « chances » sur le marché du travail entre conjoints se sont creusées. Par ailleurs, la division stricte des rôles sexués est réaffirmée dans les interactions quotidiennes avec les institutions de garde, par exemple les crèches qui téléphonent systématiquement à la mère pour qu’elle vienne chercher un enfant malade.

Programme du colloque. Travail et maternité dans l’aire méditerranéenne



Citer ce billet
Elsa Boulet (2015, 22 janvier). Colloque. Travail et maternité dans l’aire méditerranéenne [compte-rendu]. Carnet d’Elsa Boulet. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o5nb