Réformes de l’enseignement supérieur

A la rentrée 2012 en Angleterre, les frais d’inscriptions en licence sont multipliés par trois, passant de £ 3 000 à £ 9 000, suite à une réforme qui marque un pas de plus dans la marchandisation de l’enseignement supérieur. Au même moment, l’évaluation quadri-annuelle de la recherche (Research Excellence Framework) arrive à son terme et met en jeu la définition de la recherche scientifique, les critères de jugement sur la qualité d’une recherche, et la répartition des financements publics entre les établissements.

Entre octobre 2012 et mai 2013, j’ai mené une enquête qualitative dans une université anglaise, renommée « Ghimwall », qui apparaît comme la pointe avancée de la marchandisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). A travers un observation participante, des entretiens avec des enseignant.es-chercheur.es et des managers, et l’étude de sources institutionnelles, je me suis penchée sur la manière dont les politiques néolibérales de l’ESR structurent progressivement marché de l’enseignement et transforment le travail de recherche. J’ai analysé la mobilisation et les effets d’outils du nouveau management public tels que les classements, les règles de financement interne à l’université, les évaluations de la qualité ou encore les systèmes d’incitation-sanction.

Cette recherche a donné lieu à un mémoire, réalisé sous la direction conjointe de Philippe Steiner et Hugo Harari-Kermadec: La marchandisation de l’université à l’oeuvre. Le cas de l’université de Ghimwall en Angleterre [texte intégral].

J’ai également rédigé un document de travail: « Marchandisation de l’universitté, recherche du profit et modification de la structure du pouvoir » [texte intégral]

et co-écrit un article avec Hugo Harari-Kermadec: « Le rôle de la quantification dans le processus de marchandisation de l’université. Etude de cas d’une université anglaise », paru dans Politiques et Management public en 2014 [texte intégral].

> Voir aussi le carnet du collectif Acides (Approches critiques et interdisciplinaires des dynamiques de l’enseignement supérieur) pour des réflexions et des propositions sur l’enseignement supérieur.