Soigner en EHPAD

Dans le cadre d’un postdoctorat, je m’intéresse à l’organisation des soins et ses effets en EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Je mène cette recherche au sein d’une équipe pluridisciplinaire du Conservatoire national des arts et métiers, rassemblant deux économistes, Laurence Hartmann et Mathieu Narcy, et une neuroscientifique, Isabelle Barbet.

Cette recherche répond à une demande de l’Agence régionale de santé Île-de-France. L’ARS-IDF a mis en place depuis 2017 un dispositif d’accès à un médecin généraliste pour les résident.es en EHPAD. De nombreuses personnes âgées se retrouvent en effet sans médecin traitant après avoir intégré un EHPAD, soit parce que leur médecin habituel refuse de se déplacer, soit parce que l’EHPAD est situé loin du cabinet du médecin, ou encore parce que leur médecin a cessé ses activités et qu’elles ne parviennent pas à trouver un.e nouveau/elle généraliste. Pour répondre à ce problème récurrent, l’ARS-IDF finance un.e médecin à temps partiel pour assurer le suivi des résident.es sans médecin traitant. Ce dispositif a été mis en place dans près de 170 EHPAD volontaires en Île-de-France.

Trois hommes âgés sont assis côte-à-côte sur un banc: l'un lit un journal, l'autre lit une lettre, et le troisième jour avec un nourrisson assis sur ses genoux.
Image extraite de la bande-dessinnée Les vieux fourneaux, de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet, éditions Dargaud. https://www.dargaud.com/bd/les-vieux-fourneaux/les-vieux-fourneaux

La recherche menée par l’équipe du Cnam poursuit plusieurs objectifs:

  • Évaluer à partir de méthodes statistiques les effets de ce dispositif: permet-il un meilleur suivi médical des résident.es et une amélioration de leur état de santé ? Pour estimer la qualité du suivi médical, nous nous penchons sur le recours à l’hospitalisation et sur la fréquence de la polyprescription (c’est-à-dire le fait, pour un patient.e, de prendre de nombreux médicaments chaque jour, qui peuvent entraîner des effets indésirables graves).
  • Identifier, à partir d’une enquête par entretiens auprès des directions, des médecins, et des personnel.les des EHPAD, les motivations qui ont conduit d’une part les directions d’établissement à intégrer le dispositif, et d’autre part les médecins à travailler à temps partiel pour les EHPAD.
  • Comprendre, toujours à partir du volet qualitatif, les enjeux et les effets de l’intégration d’un.e médecin généraliste au sein de l’EHPAD: quelles sont les relations entre ce.tte médecin et le/la médecin coordonnateur/trice ? Comment cette intégration affecte-t-elle le travail de l’équipe (aides-soignantes, infirmières, agentes de service hospitalier etc.) ?
  • Estimer l’effet de cet accès à un.e médecin généraliste sur la qualité des soins en EHPAD: le suivi médical est-il plus régulier ? Les soins sont-ils mieux coordonnés ? Les résident.es sont-ils et elles plus satisfaites ?

A partir des données dont nous disposons sur l’ensemble des EHPAD franciliens, nous allons également examiner les déterminants de l’hospitalisation en EHPAD: quels sont les facteurs qui influencent un recours plus ou moins important à l’hospitalisation des résident.es ? Quel est le poids spécifique de la polymédication ?